top of page

05 octobre 2023 - Reporter

Es ist ein Paradigmenwechsel“, sagt Marion Dubois. Dort, wo vorher, auch wegen des schwierigen Wohnungs- und Arbeitsmarkts noch eine gewisse Toleranz vonseiten der Behörden zu erhoffen war, wird jetzt nur noch nach Paragrafen vorgegangen. „Das ONA antwortet uns, dass nichts es dazu verpflichtet, diese Menschen zu beherbergen.“

Das Außenministerium bekennt sich ohne Ausschweife zu der neuen Politik: „Personen, die den internationalen Schutzstatus erhalten, haben zwölf Monate Zeit, um sich eine neue Wohnung zu suchen. Nach dieser Zeit hat das ONA die Möglichkeit, diese Personen über ein ‚Déguerpissement‘ auszuweisen.“ Zwar gibt es soziale Anbieter, bei denen sich diese Menschen melden könnten, aber das Ministerium stellt unwiderruflich fest: „Personen mit internationalem Schutzstatus fallen nicht mehr unter den Zuständigkeitsbereich des ONA.“

WhatsApp Image 2023-07-05 at 17.12.26.jpeg

25 juin 2023 - Virgule

Pour la quatrième année consécutive, Passerell a donc publié ses recommandations à destination des autorités luxembourgeoises «concernant le respect des droits fondamentaux des personnes exilées». Fondées sur les constats des salariées de l'association sur le terrain, elles concernent:

  • La nécessité d'appuyer et faire respecter l'État de droit,

  • Soutenir les défenseurs des droits humains, cela comprenant le fait d'accorder des financements aux asbl dédiées,

  • Assurer l'égalité des genres et la lutte contre les discriminations,

  • Et la protection et la promotion des droits des enfants, rejoignant les recommandations faites par l'Okaju.

WhatsApp Image 2023-06-21 at 17.06.43 (1).jpeg

19 juin 2023 - 100,7

Dat géif awer net heeschen, datt et net och hei am Land Problemer bei der Prise en charge vu Mënschen op der Flucht géif ginn, betount d'Catherine Warin.

 

"Après il y a aussi le niveau au Luxembourg, comment on accueille les réfugiés, et comment on respecte leurs droits, et ça ce sont des choses sur lesquelles on peut aussi travailler."

 

Zu Lëtzebuerg wier d'Situatioun fir Flüchtlingen zwar besser wéi an aneren europäesche Länner,

 

"(...) mais il y a aussi des choses qui doivent être améliorées, il y a encore des gros problèmes, par exemple en ce qui concerne les regroupements familiaux. Donc des enfants qui sont privés du droit de revoir leur Famille."

 

Allgemeng wat d'Rechter vun de mannerjärege Migranten a Migrantinnen zu Lëtzebuerg ugeet, géif et nach Loft no uewe ginn, esou nach d'Cathrine Warin vu Passerell.

WhatsApp Image 2023-06-16 at 18.06.41.jpeg

16 juin 2023 - Ara City Radio

Ambre Schulz from Passerell talked with Simon today and gave details of their upcoming conference about gender-based violence.


Passerell receives daily migrant women and girls seeking international protection who share their stories. In an association (and less formal setting), it is easier for women to trust Passerell and share about the violence they have suffered. Part of this violence is perpetrated on these women simply because they are women.

Titled “The relationship between the Istanbul Convention and the Geneva Convention '', the discussion takes place on Tuesday 20 June 2023 at 5pm at the Drescherhaus- 26a Rue du Château, 1329 Dommeldange.

Registration details can be found here: ttps://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQL…b5aPxWbQ/viewform

WhatsApp Image 2023-06-12 at 09.57.06.jpeg

09 juin 2023 - RTL.LU

Wann den Accord esou ëmgesat gëtt, féiert dat zu engem Ofbau vum Schutz an de prozedurale Garantie vun den Demandeure vun enger Internationaler Protektioun, seet d'Marion Dubois, Direktesch vun der Associatioun Passerell, déi sech fir d'Asylrecht asetzt.

Donieft wieren et och nees d'Staaten un de Baussegrenzen, déi responsabiliséiert ginn, och wa vu Solidaritéit geschwat gëtt.

"Quand on parle de solidarité, certes elle sera obligatoire, mais c'est une solidarité variable où un pays peut décider de seulement participer financièrement sans accueillir de personnes sur son territoire, donc c'est assez inquiétant."

WhatsApp Image 2023-06-07 at 10.00.37.jpeg

02 juin 2023 - Le Quotidien

«La convention d’Istanbul n’est pas du tout prise en compte par le Luxembourg», rapporte Marion Dubois de l’ASBL Passerell, chaque jour aux côtés des femmes migrantes. «On voit des personnes qui ont subi des violences liées au genre dans leur pays, qui demandent l’asile, craignant pour leur vie et celle de leurs enfants. Mais le Luxembourg fait la sourde oreille

Des exemples, elle en a à la pelle. Comme cette victime d’excision qui a aussi alerté sur le risque pour sa petite fille de subir le même sort, et à laquelle le ministère a répondu qu’il était «étonné» qu’elle s’angoisse.

Ou encore ces femmes, sous la menace d’un mariage forcé, à qui le Luxembourg refuse toute protection internationale, prétextant qu’il s’agit de leur «vie privée» : «La vérité, c’est qu’on laisse tomber ces filles et ces femmes», dénonce la directrice.


WhatsApp Image 2023-02-20 at 17.38.07.jpeg

02 février 2023 - Reporter.lu

Kritik am Gesetzentwurf kommt auch von Catherine Warin von der Nichtregierungsorganisation Passerell, die sich dem Ministerium gegenüber bereits öfter kritisch äußerte. "Was uns beunruhigt, ist die Vermishcung zwischen Menschen, die unter das Dublin-verfahren fallen - also bereits in einem anderen Land Schutz beantragt haben und sich trotzdem in Luxemburg aufhalten - und Dorgenkriminalität. Unsere Erfahrungen zeigen, dass diese Menschen oft hier sind, um den verheerenden Aufnahmebedigungen in verschiedenen EU-Staaten zu entkommen".


Passerell macht sich auch Sorgen um andere Bestimmungen im Gesetz, wie etwa bezüglich der Bestrafung derjenigen, die sich nicht an ein ausgeprochenes Einreiseverbot halten. Der Einschätzung der NGO nach würde das Ministerium diese Maßnahmen nicht genügend begründen. Des Weiteren werde der verwendete Begriff von Gefährdung der öffentlichen Sicherheit, um abschiebungen und danach Einreiseverbote zu verhängen, zu nachlässig gehandhabt. 

WhatsApp Image 2023-02-17 at 13.00.31.jpeg

17 janvier 2023 - Virgule

Certaines thématiques «récurrentes» devraient être mises en avant, à l’instar de la problématique du logement qui affecte tout autant les réfugiés que les résidents, sans oublier la lutte pour un assouplissement des critères d’obtention d’une AOT (autrement dit, une demande d'autorisation d'occupation temporaire). En mai dernier déjà, l’asbl pointait les difficultés de la plupart des réfugiés à l’obtenir, «parce qu'elle nécessite un test de marché en plus d'une attente de six mois avant de pouvoir travailler quand on est demandeur d'asile».

La question de la gestion des mineurs non accompagnés reste elle aussi brûlante plus que jamais, un constat qui rejoint celui dressé par l’Okaju à l’automne dernier. Par effet de comparaison, l’ensemble des dispositions prises pour l’accueil des réfugiés ukrainiens est porteuse d’espoir, «la rapidité et l’ampleur de la mobilisation prouve qu’on peut, avec une volonté politique, trouver des solutions».

Enfin, Marion Dubois le martèle, «Passerell ne compte pas lâcher l’affaire pour que les asbl actives dans la défense des droits humains soient subventionnées à grande échelle par le gouvernement». Annoncée cette été, la rencontre entre Passerell, le MAEE et la justice a d’ailleurs bel et bien eu lieu.